Religion et Spiritualité / La Poésie Nous Éloigne t'Elle Du Réel?

La Poésie Nous Éloigne t'Elle Du Réel?

Documents Gratuits: La Poésie Nous Éloigne t'Elle Du Réel?
Rechercher de 155.000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Soumis par:  Jessamine  19 mars 2012
Balises: 
Mots: 1913   |   Pages: 8
Vus: 179

...

en voyageant, vers d’autres amours, vers une meilleure condition. Victor Hugo, dans « Rêverie », « seul [il] rêve à la fenêtre [de] quelque ville mauresque inouïe ». De même, Baudelaire voit se dérouler « des rivages heureux », « une île paresseuse », « de charmants climats », « un port »… dans « Parfum Exotique ». Il définit donc immédiatement le paysage marin comme un paradis. Et plus encore, le poète romantique se prend a rêver, avec sa bien-aimée, « d’aller là-bas vivre ensemble » là où « tout n’est qu’ordre et beauté, luxe et volupté » dans « L’invitation au voyage ». De plus l’idéal est exprimé par l’ « Elévation » de l’homme comme l’a écrit Charles Baudelaire « Mon esprit […] envole toi bien loin de ces miasmes morbides » ; ce qui va amener le poète à créer un autre univers.

Le rêve et l’envie d’évasion sont tellement puissants que le poète parvient à créer un monde particulier. Ainsi Victor Hugo, « Le poète en des jours impies Vint préparer des jours meilleurs. Il est l’Homme des utopies, Les pieds ici, les yeux ailleurs. » (Vers 1-2-3-4) dans « Les rayons et les ombres », définit un endroit idéal. Ce monde irréel, construit dans un décor artificiel, est décrit grâce à de nombreux procédés très courants dans la poésie, comme dans Les Fleurs du mal, la métaphore filée de « l’Albatros » où le poète est comparé à un oiseau, ou encore comme la périphrase « le prince des nuées » (vers 13) qui qualifie le poète, ou comme l’exagération « ses ailes de géant » (vers16). La poésie est donc la transformation du langage ordinaire en cherchant à tirer partie de toutes les ressources de la langue : lexicales, syntaxiques, sonores (allitérations, assonance) et rythmiques. En effet, lorsqu’on étudie l’étymologie du mot « poésie », on se rend compte qu’il signifie «création » : ce qui pourrait amener l’écrivain à choisir la poésie pour créer un monde nouveau dont le lecteur se sentirait proche.

La poésie peut aussi nous rapprocher de la réalité, tout en décrivan

t la laideur ainsi que la beauté du monde, la poésie peut devenir lyrique lorsqu’elle exprime des sentiments réels et devenir engagée à partir du dix-neuvième siècle.

Le poète décrit la laideur et la beauté du monde par différents moyens. Une description possède divers degrés de subjectivité ou d’objectivité. Francis Ponge choisit d’écrire un poème en prose, impersonnel et principalement objectif, qui décrit une huître, ce qui amène à une vision très réelle de cet animal « de la grosseur d’un galet moyen, […] d’une apparence plus rugueuse, d’une couleur moins unie, brillamment blanchâtre ». Néanmoins, le poète prend quelque peu parti en anoblissant ou non l’huître, « un sachet visqueux et verdâtre », dans ce poème appelé « L’huître ». A visée beaucoup plus personnelle, « Spleen » de Charles Baudelaire est un tableau de la naissance de l’état du spleen qui décrit la mort de l’esprit, soit la laideur du monde : «Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle Sur l’esprit gémissant e ...



S'inscrire sur DissertationsEnLigne

S'inscrire sur DissertationsEnLigne - rechercher de 155.000+ dissertations