art / Français. Zola, Germinal - Le Travail Des Mineurs

Français. Zola, Germinal - Le Travail Des Mineurs

Documents Gratuits: Français. Zola, Germinal - Le Travail Des Mineurs
Rechercher de 155.000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Soumis par:  Russell  18 septembre 2011
Balises: 
Mots: 1603   |   Pages: 7
Vus: 615

...

le cou » « la nuque » « son œil » montrent que c’est surtout cette partie vitale du corps qui est mis au supplice, c’est physiquement et dans sa chair que le mineur subi cette torture pour permettre aux nantis d’ avoir tout leur confort .Par ailleur, la description s’appuie sur des des notations sensorielles : l’ouie avec « bruits sourds », toucher « buée excessive », odorat « gaz », vue « ténèbres » . Cet ensemble de données montre la volonté de l’auteur de permettre au lecteur de se représenter les mineurs au fond du trou.

b) Ce métier est particulièrement dangereux et pénible qui nécessite des hommes courageux.

Le caractère pénible se voit avec les conditions difficiles qui sont décrites « La température montait jusqu’à trente cinq degrés, l’air ne circulait pas » les ouvriers sont chauffés littéralement comme dans une chaudière, ils sont cuit à petit feu dans cette fournaise. A cela s’ajoute l’obscurité qui les oblige à rapprocher de leur visage la lampe qui les chauffe encore plus « cette lampe, qui chauffait son crâne achevait de lui brûler le sang » Le verbe brûler montre l’intensité de la douleur, c’est une véritable torture que subit ces hommes. Par ailleurs, Maheu qui représente ces mineurs, doit faire face à un autre désagrément celui de la goutte obsédante qui lui martèle l’œil « de grosses gouttes continues et rapides … rythme entêté… claquaient sans relâche …s’acharnant sur son œil » on sait que dans les pays totalitaire cette technique était employée pour briser la volonté de quelqu’un le torturer afin de lui faire avouer tout et n’importe quoi. Les termes forts comme les participes « entêté, s’acharnant, » et le verbe « claquait » rend compte de la difficulté et de la souffrance de ce mineur, il lui faut donc beaucoup de courage et de maîtrise de soi pour arriver à extraire ce charbon du sol. Le courage se voit avec la volonté de Maheu de vouloir coûte que coûte arracher ses blocs « il ne voulait pas lâcher son havage, il donnait de grand

coup » cette phrase montre la détermination de l’homme, le désir de faire son travail qui surpasse l’instinct de survie qui aurait du l’amener à fuir de telles conditions dangereuses, en effet le danger existe, deux causes du danger : l'eau (inondation) et le feu (grisou) : ils encadrent le texte ; danger de mort si une "flamme" est en contact avec le "gaz" ... danger pour la santé : "poussières volantes du charbon" qui donne la silicose. On a donc vue que cette description est réaliste et elle montre les conditions difficiles du travail des mineurs

Axe 2 : Ce passage présente, certes, un intérêt esthétique mais l’auteur donne également à sa description une valeur symbolique.

a)C'est d'abord Zola nous entraine dans une vision infernale de la mine où l’homme perd toute humanité

On a l'impression de pénétrer dans un autre monde : « ténèbres fussent d’un noir inconnu, épaissi…alourdi… on ne distinguait rien … nuit profonde » c’est un lieu qui renvoie à l ...



S'inscrire sur DissertationsEnLigne

S'inscrire sur DissertationsEnLigne - rechercher de 155.000+ dissertations