Voir la version complète Corpus Le Rouge Et Le Noir

Corpus Le Rouge Et Le Noir

Imprimer Document!
S'inscrire - Rechercher de 155.000+ Dissertations

Catégorie: Psychologie

Soumis par: Roi 15 novembre 2011

Mots: 1101 | Pages: 5

...

nts. « Quels étaient son nom, sa demeure, sa vie, son passé? Il souhaitait connaître les meubles de sa chambre, toutes les robes qu'elle avait portée, les gens qu'elle fréquentait; et le désir de possession physique même disparaissait »l17 à 19. Ces quelques lignes montrent la passion que ressent le jeune étudiant, la curiosité intense qu'apporte le penchant du cœur. Il dit lui même que ce sentiment l'emporte sur le désir sexuel. Contrairement à cela dans le roman parut en 1836 on discerne la tendance première à se diriger vers une scène plus érotique. On ne remarque pas une touche particulière de passion hormis la phrase « Si vous avez bien compris ma vie antérieure, vous devinerez les sentiments qui sourdirent en mon cœur. »l7-8 Sauf que nous, lecteurs, ne connaissons pas justement sa vie passée, puisque bous somme au commencent du roman, ce qui nous laisse dans un questionnement quand à ses sentiments. Il enchaine de suite sur le corps de l'inconnue. « Mes yeux furent tout à coup frappés par de blanches épaules »l18, Je me haussait tout palpitant pour voir le corsage... dont les globes azurés et d'une rondeur parfaite »l13-14. Félix est lui plus en quête de possession physique que Frédéric de Moreau. Ils ont tous deux une façon de penser différente. L'un se laisse guider par ses pulsions alors que l'autre reste en retrait et cherche une façon discrète d'aborder la femme. « Il fit plusieurs tours... pour dissimuler sa manœuvre »l12 On a donc d'un côté un franchissement brutal. L'homme se jette à proprement parler sur l'inconnue. D'un autre un échange muet « Leurs yeux se rencontrèrent »l33. La focalisation interne nous permet donc ici de voir les comportements et les pensées différentes par rapport au même sujet de convoitise... une femme.

Passons justement à la description de ces personnes. On passe par le regard du narrateur pour découvrir le personnage aimé. On remarque que ce personnage aimé est décrit et même analysé avec une extrême précision. Comme dans Le lys dans la vallée lorsque l'inconnue vient s'assoir à côté de Félix. « Trompée par ma chétive apparence, une femme me prit pour un enfant prêt à s'endormir »l2-3. Ce passage montre que le narrateur croit savoir ce que le personnage pense alors que c'est la première fois qu'il la rencontre. De plus il est sûr de lui, ce n'est qu'une supposition. On assiste en fait à un passage vers le point de vue omniscient à travers le protagoniste. Une manière habile de la part de l'auteur pour transfigurer la focalisation. Un effet que l'on retrouve avec Flaubert « Elle avait dû, bien des fois au milieu de la mer,... dormir dormir dedans! »l29-30. Ceci n'est tout de même qu'une conjecture de Frédéric mais il semble y croire assez fortement. Les deux auteurs dissimulent donc le point de vue omniscient par l'analyse ou l'inspiration des personnages. De même dans Le rouge et le noir on retrouve cette description par le biais d'un autre. On a tout de même une focalisation quasi-omniscient car on a le point de vue des deux héros. Mais Julien est décrut par Mme de Rênal et la description de Mme de Rênal passe par le regard u jeune homme. « Elle aperçut près de la porte d'entrée la chemise d'un jeune paysan presque encore enfant , extrêmement pâle qui venait de pleurer. »l3-4 , « Julien n'avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout avec un teint si éblouissant, lui parlé d'un air doux. »l20-21, « A sa grande joie, elle trouvait l'air timide d'une jeune fille à ce fatal précepteur »l40. Stendhal joue avec les différents points de vues. Il passe par celui de Mme de Rênal puis celui de Julien. Il s'amuse à les unir puis à les séparés. « Ils étaient fort près l'un de l'autre à se regarder»l19. Ils se rapprochent aussi par leurs sentiments, par le chagrin et le soulagement. L'auteur grâce à la focalisation omnisciente nous montre leurs sentiments et croise leurs pensées. Les trois auteurs jonglent avec le point de vue, soit en les cachant et en les modifiants, soit en les croisant. Mais ils ont tous la même fonction, faire part de la rencontre des personnages.

Finalement on retrouve un point de vue interne qui est nuancée par l'omniscience pour montrer toutes les réactions et pensées de chaque personnages. Car la présentation d'une personne par rapport à quelqu'un qui ne la connaît pas revient à être une focalisation zéro. On peut dire que le protagoniste focalise tous ses songes vers la femme. Ces textes aux sonorités romantiques nous montrent la manière des acteurs de l'histoire à approcher la source de leur amour jusqu'à ce qu'enfin « Leurs yeux se rencontrèrent »;