Voir la version complète Evolution Économique Au 19Ème Siècle

Evolution Économique Au 19Ème Siècle

Imprimer Document!
S'inscrire - Rechercher de 155.000+ Dissertations

Catégorie: Littérature

Soumis par: Roi 08 octobre 2011

Mots: 2997 | Pages: 12

...

n + MO à bas prix (femmes, enfants)

En GB : Importations de coton multipliées par 50 entre 1700 et 1800

Exportations de cotonnades x 20 entre 1780 et 1800, atteignent 50% des X du pays en 1830

Naissance d’une société de consommateurs : les indiennes. Chapman « pr la 1ère fois ds l’histoire européenne, le goût des consommateurs était presque uniforme. Un tel marché homogène, sans précédent par sa taille, sa richesse, son extension, a stimulé la naissance d’organisations de production et de commercialisation à très grde échelle » > Mode des « indiennes » > D de cotonnades telle que nécessité de mécaniser

J.KAY : la navette volante ou FLYING SHUTLLE (1733) : système de cordes permettant à un seul tisserand de faire aller et venir la navette d’une seule main sur une grde largeur de tissu ac + de rapidité > augmentation prod de tissus > goulet d’étranglement : la prod des fils n’arrive plus à suivre

J.HARGREAVES : la SPINNING JENNY (1764) > 1ère machine à filer efficace, qui augmente la pvdvté par 8 puis par 16

R.ARKWRIGHT : le WATERFRAME en 1769 > produit un fil solide ac énergie externe, la roue à eau (construction d’usines près des cours d’eau). La machine ne peut être utilisée à domicile : jalon important ds le passage du putting out system au factory system. Arkwright fera fortune, il s’agit d’un des 1ers entrepreneurs-innovations du Kpitalisme industriel.

S.CROMPTON : la MULE JENNY en 1779. Progrès décisif, machine intermédiaire entre la spinning jenny et le waterframe : produit un fil très solide et peut comporter jusqu’à 400 broches > filature en avance sur le tissage

E.CARTWRIGHT : le POWER LOOM (1785) : métier à tisser mécanique fonctionnant ac machine à vapeur

J.VAUCANSON : le « moulin Vaucanson »

J-M.JACQUARD : transforme l’invention de Vaucanson en la faisant fonctionner ac carton perforé ay code binaire > motifs

Dans la sidérurgie

1709 : A.DARBY > la FONTE AU COKE (coke : résidu de la distillation de la houille) ; à partir de 1750, le prix du charbon de terre (qui réclame – de MO) devient + avantageux que celui du charbon de bois > diffusion en Angleterre, puis sur le continent

1784 : H.CORT > procédés de puddlage > production de fer et acier sur une grde échelle et à bas coûts. La GB produit 50% du fer mondial en 1840

H.BESSEMER : convertisseur en 1855 ; convertisseur MARTIN-SIEMENS (1865) ; four THOMAS-GILCRHIST (1878)

Naissance de nvelles industries

Industries liées à la sidérurgie

Rails et matériel ferroviaire produits par Eises spécialisées (société des Batignolles à Paris)

Industrie de l’armement se dvlpe après 1870 en Allem (KRUPP) et en France

Industrie de la machine outil > mécanisation rapide

La chimie (secteur dominé par l’Allemagne)

Scheele découvre le chlore en 1774

Fabrication industrielle du chlore dès 1789 ds l’usine de Javel grâce aux travaux de BERTHOLLET (blanchissement des tissus) + premiers colorants aritificels > naissance de l’industrie chimiq parallèlement à l’essor de l’industrie textile

Engrais chimiques

Une révolution des transports

Schumpeter : « la révolution des transports crée un nouvel espace économique

Les chemins de fer

1769 : N.CUGNOT invente le FARDIER (1er véhicule à vapeur roulant sur 3 roues)

1812 : BLENKISOP, 1ère locomotive à vapeur

1814 : les STEPHENSON (père et fils) mettent au point la 1ère locomotive à vapeur viable, la Rapid.

1ère ligne de passagers en 1825 (Stockton-Darlington)

1829 : record de vitesse de la loco des Stephenson, la ROCKET (50miles/h)

Multiplication des lignes en GB : 10000km en 1850 > 2ème phase de la croissance, 2nd souffle de la 1ère RI

Permet l’unification des marchés intérieurs

Les chemins de fer semblent avoir joué un rôle capital ds la 2ème phase de la RI ; mais R.W.FOGEL considère que les chemins de fer n’ont pas joué un rôle aussi important

Routes et canaux

Canaux : instrument essentiel de la RI pr acheminer le charbon à moindre coût > James.BRINDLEY construit 600km de canaux > véritable CANAL MANIA en GB (1790’s) ac + de 50 nvx canaux ouverts : en 1800, 6000km de canaux en GB

Amélioration des routes pr répondre à la concurrence canaux + voies ferrées. Turnpike act (créations de péages) ; nvelles techniques de construction mises au pt par J.McADAM > amélioration des routes > augmentation du trafic de marchandises

Les navires à vapeur

1er navire à vapeur : le Pyroscaphe du marquis de Jouffroy d’Abbans (1783)

R.FULTON > 1er navire capable de lgs trajets fluviaux : 1er essai en 1803

1832 : F.SAUVAGE invente l’hélice > navigation en haute mer

1845 : compétition pr la 1ère traversée de l’Atlantique : le Sirius vs le Great Western (qui gagne)

1822 : la coque en fer

Hausse des tonnages + augmentation de la vitesse

Le steamer devient l’instrument du commerce international

Baisse considérables du prix des transports de marchandises > internationalisation échanges

Baisse prix des billets > facilite émigration européenne

II. Un ensemble d’accélérations et de ruptures

D.LANDES ds l’Europe technicienne ou le Prométhée libéré (1975) : la RI vue comme une série d’accélérations et de ruptures

A) La mise en place d’une dynamique

Une dynamique du progrès technique : D.LANDES montre la mise en place d’une dynamique > à partir d’innovations majeures ds qq segments de la prod, (mule jenny, fonte au coke, machine à vapeur), celle-ci se trouve bouleversée

Une dynamique de la croissance :

1960 : ROSTOW, Les étapes de la croissance économique. Etape décisive du take-off (dure environ 20ans, le revenu par tête augmente, l’invt productif double pr atteindre 5à10% du revenu national, investis ds les secteurs moteurs)

J.MARCZEWSKI précise la notion de secteur moteur : doit représenter au – 20% de la prod industri, sn tx de croissance doit dépasser la moy d’au – 20%. Sn dynamisme se communique au reste de l’éco grâce à l’O/D, grappes d’innovations, et K.

Modèle de Rostow très contesté : La Fr n’a pas connu de take-off.

Dispersion du processus d’industrialisation : le coton, lgtps présenté comme le secteur moteur par excellence de la RI ne représente que 5% du revenu national en 1805.

Un nouveau système productif : mise en place du Kpitalisme industriel

Prédominance de l’usine : réunion en même lieu du facteur K et L + utilisation de la machine + division technique du L.

K et L réunis ds un même lieu ms séparés car pas ds les mains des mêmes personnes > nvelle relation salariale

Logique de marché

L’ère des ruptures politiques > mise en place d’un cadre législatif favorable à l’avènement du Kpitalisme

1689 : la 2ème révolution anglaise > mise en place d’une monarchie parlementaire

1776 : Déclaration d’indépendance américaine

1789 : Révolution française

Libéralisme politique > libéralisme économique

Loi d’Allarde (1791) : abolition des corporations (qui entravaient la libre Eise) > libération industrie

Loi Le Chapelier (1791) : interdit coalitions et grèves > cadre favorable à l’expansion du Kpitalisme

B) Le résultat de processus de lge durée (BRAUDEL)

Distingue l’économie de marché (secteur concurrentiel qui s’autorégule) du Kpitalisme (un « contre marché » dt les acteurs cherchent à maximiser leur profit en s’affranchissant des règles du marché)

« Economie monde » selon BRAUDEL

Partie du monde autonome et cohérente sur le plan éco qui se suffit à elle-même ; forme un système (réseaux d’échanges intérieurs)

Pôle urbain qui domine l’économie monde (Venise puis Gênes, Anvers puis Amsterdam)

Plsrs zones subordonnées et produisant de – en – de VA à mesure que l’on s’éloigne du centre dynamique

Selon WALLERSTEIN : une économie monde s’organise autour d’un centre rayonnant grâce à des relais ; monopôle ds une technologie majeure ; K abondants ; soutien d’un grpe social dominant.

LA PROTO INDUSTRIE

Notion de Franklin MENDELS

Domestic system (putting out system) : dvlpt des industries rurales > marchands manufacturiers fournissent matières 1ères et outils (rudimentaires) à des travailleurs ruraux qui fabriquent les produits chez eux. Les marchands reviennent prendre les produits finis qu’ils paient à la pièce et vendent en ville : n’exercent de contrôle que sur l’output > putting out system.

La proto industrie de distingue de l’artisanat traditionnel en ce qu’elle produit (< spécialisations régionales) pour marchés de taille nationale voire internationale.

La P-I a surtt concerné le TEXTILE et la petite métallurgie

Activités rurales échappant à la réglementation corporative des villes

Paysans acceptant un revenu très faible (revenu d’appoint) > baisse des coûts de fabrication

MO docile > exploitée (sweating system)

Accès aux sources d’énergie : bois, vent, eau

RI : passage du domestic system au factory system. Ms le système usinier ne supplante la proto-industrie qu’après 1850 > pas de rupture brutale (remise en cause idée de RI)

Le développement des structures capitalistes

Dvlp des Eises fin 18ème s sous 3 formes

Sociétés en nom collectif : associés détenant parts nn négociables ts responsables sur leur fortune perso

Sociétés en commandite : qq associés responsables + bailleurs de fonds

SA par actions : permettent la réunion de K sans devoir emprunter aux banq ; les associés ne st pas responsables. Les SA se x ds secteurs à forte intensité Kpitalistique (mines, sidérurgie, COMPAGNIES FERROVIAIRES)

Les dynasties d’entrepreneurs

Début de la RI : les entrepreneurs se st pas nécessairement des bourgeois : svt des artisans, ouvriers qualifiés, car les K nécessaires demeurent d’un montant peu élevé (machines peu coûteuses + profits importants)

En revanche, ds métallurgie, il faut des K en qtés bien + importantes > grdes familles fortunées qui contrôlent leur secteur : les WENDEL (France, Creusot), les KRUPP (Allem), les MITSUBISHI (Japon). Issus de familles fortunées, formés ds grdes écoles d’ingénieurs (A.CITROEN sort de l’X ; autres fondateurs d’Eises du secteur automobile en Fr issus de Centrale). Ces « héritiers » s’identifient à leur Eise (tradition de filiation, attachement à l’Eise familiale et volonté de la dvlper au mieux), à laquelle ils consacrent leur vie, et travaillent dur ; familles subordonnées aux intérêts de la firme (cf stratégies matrimoniales pr constituer des filiales)

Evolution du système bancaire

Héritage de la Haute Banque : banques privées appartenant au sommet de la bourgeoisie (Rothschild)

Nouvelles banques constituées en sociétés par actions : rupture liée au chemin de fer car « la construction ferroviaire a été le labo de la centralisation des K, dc du grd Kpitalisme lui-même » (J.Bouvier). Nveau type de banq apparait en GB ds 1830’s, en Fr sous le 2nd empire (1852 : les frères Péreire fondent le Crédit mobilier, ac pr objectif affiché de financer les chemins de fer) ; CIC (1859), Crédit Lyonnais (1863), Société Générale (1864) + banques régionales

2 types de systèmes bancaires

Système britannique des banques spécialisées : banques de dépôts (joint stocks banks ; spécialisées ds crédit commercial à court terme) / banques d’affaires (merchant banks).

Système allemand des banques universelles, banques mixtes entretenant des relations étroites ac les Eises allem

Evolution du système franç : au départ, banques mixtes à l’allem, ms faillites > séparation banques de dépôts / banques d’affaires + règles pr éviter manque de liquidités (« doctrine Germain »). Banquiers assez peu impliqués ds les Eises

Les concentrations

Territoriales : les « pays noirs »

Système usinier > nvelles localisations près des cours d’eau et ports (où se concentre industrie textile) cf Rouen, Liverpool

Diffusion machine à vapeur > grpment industries près des mines de charbon (économies coût d’acheminement du combustible)

« Pays noirs » associés à l’exploitation des mines : HAINAUT (Belgique), RURH (Allem), nord de la Fr

Grpment des usines > concentration des ouvriers > industries « peuplantes »

Ouvriers vivent ds cités à l’architecture particulière (CORONS), façades noirçies, TERRILS (collines de schiste)

De capital

Grde Dépression (1873-96) > rachat d’Eises > passage d’un Kpitalisme concurrentiel au Kpitalisme oligopolistique voire monopolistique + fusions, ententes > mvmnts de concentration horizontale et verticale

Constitution de grds grpes : SCHEINDER (Fr), KRUPP, BAYER (Allem), DUPONT DE NEMOURS (usa) > on parle de Konzern en Allem, de trust aux US

Cartel ou pool américain : parvenir à une entente sur prix et qtés produites (ex : Comité des Forges dirigé par les Wendel)

Allem : le gvrnmt encourage regroupements associants banques et Eises + collaborations universités/industriels

USA : pression de l’opinion > autorités luttent vs trusts. SHERMAN ACT (1890) interdit les monopôles ; CLAYTON ACT (1914) : renforcement de la législation anti-trust visant à garantir libre concurrence

II. Les explications de la Révolution industrielle

La révolution agricole ?

RA : intensification de l’agriculture, ensemble d’améliorations des techniques

Apparait d’abord ds les Flandres au M-Â

Disparition de l’assolement triennal : SUPPRESSION DE LA JACHERE : rotations + lges et + sophistiquées (< introduction plantes sarclées et plantes fourragères qui enrichissent le sol) > la RI consiste en la suppression de la jachère : désormais 100% des terres arables mises en culture > la superficie cultivée augmente ; amélioration de la pvdvté du gros bétail

2ou3 céréales (blé, orge, froment, seigle, avoine) cultivées en rotation ac 2ou3 plantes à fourrage (luzerne, sainfoin, trèfle) ou encore p-d-t, navets, betteraves (> qui enrichissent le sol)

Disparition de la jachère : tte la terre est cultivée en permanence > augmentation sensible de la prod

En GB, un des + fameux landlords, C.TOWNSHEND se fait l’avocat de la culture du navet > Turnip Townshend

Plantes fourragères > dvlper l’élevage > + de fumures > accroit les rendements > cercle vertueux

Amélioration du sol par techniques d’amendements (chaux, marne) puis par des engrais > meilleure fertilité des sols

Conquête de nvelles terres (drainage, irrigation, poldérisation)

Amélioration de l’outillage (herses, sarcloirs, charrue triangulaire de Rotherdam en 1731), semoirs mécaniques (inventés par le grd propriétaire Tull en 1733)

Choix de variétés de graines + résistantes et + productives

Croisements > nvelles espèces + fortes et + grasses de bovins, porcs et surtt moutons > consommation de viande se répand en GB (« Rosbeefs »)

Innovations coûteuses > mieux rentabilisées ds de grdes exploitations > changement des structures foncières : en GB, mvmt des enclosures s’accélère (1720-1820) > disparition presque totale de l’open field au 19ème s : remembrement des terres, création de grds domaines (de 25ha en moy en 1720 à 60ha en 1800)

Concentration > rationalisation car le grd domaine réunit + facilement K nécessaires aux invts

Nouvelles méthodes + mise en exploitation de davantage de terres (terres cultivées : de 11 millions d’acres à 15 millions d’acres de 1700 à 1850) > hausse production

La RA est indispensable à la RI : svt considéré comme le préalable indispensable à une RI

Marx :

mvmt des enclosures > processus d’accumulation du K indispensable au dvlpt du Kpitalisme. Paysans expulsés deviennent « l’armée de réserve industrielle » + les proprio accroissent leur K > meilleurs capacités d’invt > hausse de la prod

Rostow, ds Les étapes de la croissance économique : la RA préalable obligé de la RI

Augmentation de la prod agricole > croissance démographique et dégagement de surplus alimentaires pr nourrir citadins > hausse de la D de produits industriels

Profits de l’agriculture > financement des invts

Croissance de la pop > MO abondante, dc peu chère pr l’industrie

L’agriculture aurait dc fourni les facteurs de prod, L et K, à l’industrie

P.BAIROCH : la D d’outillage en fer en hausse ac la RA > progrès ds la sidérurgie ; selon Bairoch, la D agricole représente 50% de la D globale de fer entre 1720 et 1780

Domestic system associé à fortes densités de pop > MO bon marché

Exemple franç : corrélation entre la lenteur du progrès agricole et celle de la croissance industrielle ??

Japon : la RI de l’ère Meiji (dès 1868) a été financée par les impôts fonciers des campagnes

Clé de l’industrialisation : augmentation des rendements et de la pvdvté (> libération de travailleurs) ds l’agriculture

Dvlpmt agricole > effets positifs pr l’industrie

Fournit produits et matières 1ères transformées par industrie

Fournit des marchés croissants pr produits manufacturés (outils en fer, machines, clôtures…)

Dégage des profits qui pourront être réinvestis ds infrastructures industrielles

Progrès pvdvté (< machines agricoles perfectionnées) et hausse rendements (< engrais chimiques) > réduction de la pop paysanne > exode rural > facilite l’industralisation

Une thèse de plus en plus contestée > la notion de RA est problématique

P.DEANE ds The first industrial Revolution (1965) : les régions industrielles n’étaient pas celles qui ont connu des progrès de l’agriculture

Impôts en baisse en GB, industrialisation par autofinancement, les industriels enrichis ont investi ds la terre : le K a été transféré de l’industrie vers l’agriculture, et nn pas l’inverse (F.CROUZET)

Estimations de Bairoch très contestées

Contrairement à ce qu’affirmait Marx : les petits paysans (yeomen) expulsés par enclosures ne st pas devenus ouvriers ds l’industrie (ms des manouvriers pr les grds proprios) : pas d’exode rural pdt le mvmt des enclosures

La Suisse s’est industrialisée sans RA

La RA facteur favorable à l’industrialisation, préalable nécessaire mais relations nn systématiq

En revanche, la RI a favorisé le progrès agricole : amélioration transports > écoulement des produits agricoles : au 19èmes, c’est l’industrie qui permet de relancer le secteur primaire