Voir la version complète Exposé l'Etranger De Albert Camus

Exposé l'Etranger De Albert Camus

Imprimer Document!
S'inscrire - Rechercher de 155.000+ Dissertations

Catégorie: Le Monde du Travail

Soumis par: Bruce 16 février 2012

Mots: 1665 | Pages: 7

...

télégramme de l’asile de vieillards de Marengo lui annonçant la mort de sa mère. Il se rend ensuite à cet asile et assiste à la veillé funèbre, puis à la mise en cercueil et aux funérailles sans l’attitude que l’on attend d’un fils qui endeuillé par la mort de sa mère. Il ne pleure à aucun moment, ne paraît même pas triste.

Après l’enterrement, Meursault décide d’aller nager à la piscine, et rencontre Marie, une employé de bureau également qu’il connaît bien. Ils vont voir un film au cinéma et passent la nuit ensemble. Le lendemain, il rencontre Raymond Sintès, un voisin. Il lui demande d’écrire une lettre pour humilier sa maîtresse arabe. Il s’est montré brutal avec cette dernière et il craint des représailles de son frère. La semaine suivante, Raymond frappe et insulte sa maîtresse, il est convoqué au commissariat. En sortant, il invite Meursault et Marie dans une petite maison au bord de la mer, appartenant à son ami Masson. Marie lui demande s’il veut se marier avec elle, il répond que ça n’a pas d’importance mais qu’il le veut bien.

Quelques jours après, Meursault, Masson et Raymond se promènent sur la plage et croisent un groupe d’Arabes, dont le frère de la maîtresse à Raymond. Une bagarre éclate, à laquelle Raymond est blessé par coup de couteau. Plus tard, Meursault marche seul sur la plage et il recroise l’un des Arabes, qui a son couteau dans la main. Meursault sort de sa poche son revolver, il crève de chaud et est ébloui par le Soleil, il tire et tue l’Arabe de 5 balles dans hésitation.

Dans le 2ème chapitre, il est arrêté et questionné par la police, ses propos sincères inquiètent son avocat. Il n’a aucun regret quant à son acte. En attendant son procès, il tue le temps en dormant et en lisant. Pendant le procès, on l’interroge plus sur son comportement pendant l’enterrement de sa mère que le meurtre de l’Arabe. Il dit qu’il a tiré à cause de l’éclat de la lumière du Soleil. Il est finalement condamné à la guillotine. Meursault va voir l’aumônier, qui veut prier pour Meursault, ce qui l’énerve. Il retrouve le calme et la sérénité après son départ.

2.2. Présentation et description des personnages du livre

2.3. Thèmes principaux

L’indifférence : c’est un thème principal très important du roman, on le constate du début à la fin. On voit que Meursault est indifférent à tout. L’attitude de Meursault envers sa mère lors de l’enterrement est l’inverse d’une réaction normale qu’aurait un fils. Il n’éprouve aucun chagrin, aucun sentiment, c’est le premier indice de son insensibilité. Le concierge et le directeur vont le critiquer implicitement à cause de son attitude et Meursault le comprend sans réagir ni se douter qu’on le juge en raison de son manque de chagrin montré.

Ensuite, quand il rencontre Marie, il va de nouveau nous montrer son indifférence. Lorsqu’elle lui demande s’il veut se marier avec elle, il répond, p.69 « j’ai répondu que cela m’était égal, et que nous pourrions le faire si elle le voulait. ». On voit encore ici son insensibilité et on pourrait presque croire qu’il n’éprouve aucun sentiment, que tout lui est égal.

Un autre exemple : quand Raymond lui demande d’écrire une lettre pour humilier sa maîtresse, il accepte sans hésitation, il n’a donc aucun respect envers les mœurs.

Lors du meurtre qu’il commet, il va expliquer au commissariat qu’il ne comprend pas pourquoi il est là. Il se dit que cette affaire n’est pas très grave. Au procès, il n’éprouve aucun regret, même lors de la sentence il n’éprouve aucun sentiment. Il est indifférent à presque tout, même à la mort.

Ete et mer : le roman se passe d’un été à un autre. Dans le premier, il y a la mort de la mère de Meursault. La description des lieux, le fait qu’il s’essuie souvent le front et qu’il sue fait référence à l’été. Marie est aussi étroitement liée à la mer, car ils y vont les 2 fois où ils se retrouvent (p.57 et 77). Lorsqu’il tue l’Arabe, il se trouve au bord de la mer.

Soleil : il est associé à l’été. Au début du récit, le vieux Pérez va dire que le Soleil est un ennemi. Le Soleil va être associé à la violence. Les éclats de lumières sont vus de façon très négative par Meursault. Il est directement responsable du meurtre qu’il a commis. Il dit à la p.90 « quand Raymond m’a donné son revolver, le Soleil a glissé dessus ». Lorsqu’il est en prison, à l’abri de la lumière du Soleil, il est apaisé. On voit donc le rôle négatif du Soleil qui a ici le rôle de la mort et de la tragédie.

La justice : on peut se demander s’il y a une réelle justice dans l’Etranger, ou, au contraire, une injustice. Le procès se tourne plus contre l’attitude de Meursault à l’enterrement de sa mère que le meurtre de l’Arabe. De plus, on écoute volontiers les témoins qui dénoncent l’indifférence et l’absence de cœur de Meursault mais, très peu Masson et Salamano qui ont un avis qui va dans le sens contraire. Le Tribunal a une idée déjà toute faite de Meursault, il ne peut que confirmer ce préjugé par son comportement. Le procureur va dire « le même homme qui au lendemain de la mort de sa mère se livrait à la débauche la plus honteuse a tué pour des raisons futiles et pour liquider une affaire de mœurs inqualifiable ». Il va donc être exécuté pour son attitude plus que pour le meurtre.

L’absurde : avec Meursault, on peut voir dans l’Etranger l’absurdité du monde, car il a sa propre vision du monde, et s’il est indifférent et ne voit aucun sens au monde, il va progressivement y voir une signification et va finir par se révolter lorsqu’il parlera avec l’aumônier. En fait, il va être exécuté pour avoir refusé de dire autre chose que ce qu’il a toujours dit, la vérité.

Il y a aussi le thème de la solitude, car Meursault se sens seul dans le monde, il est incompris. Celui de la mort, Meursault ne croit pas en Dieu, il est aussi indifférent face à la mort. Quand l’aumônier lui demande s’il lui est arrivé de souhaiter une autre vie, il répond « naturellement, mais cela n’avait pas plus d’importance que de souhaiter d’être riche, de nager très vite ou d’avoir une bouche mieux faite ».

2.4. Le style d’écriture et la structure narrative

L’Etranger a été écrit dans un style très simple grâce à son naturel. Il est à la portée de tous par son lexique et son vocabulaire facile à comprendre. Le naturel vient de l’utilisation du passé composé et de l’absence du passé simple, l’auteur écrit comme on parle. Mersault parle au présent, car il est fixé sur le présent immédiat, il ne pense pas à l’avenir et revient très peu sur ses souvenirs.

Meursault s’exprime de 2 façons, soit il est narrateur du récit, soit il s’exprime comme les autres personnages du roman. Par exemple, à la page 35 Meursault-narrateur dit « j’ai eu envie de lui dire que ce n’était pas ma faute » alors qu’à la page 9 Meursault-personnage dit « ce n’est pas de ma faute » il y a un rajout du DE qui est assez incorrect, ça le rend plus réaliste.

Structure narrative : .

3.1. Avis personnel

Ce qui m’a plu dans ce roman, c’est d’une part, la simplicité du style qui permet que tout le monde puisse le lire, puis on n’est pas obligé de le comprendre, il se sent totalement seul dans le monde. On peut avoir sa propre opinion sur lui, on peut choisir 2 positions différentes : s’il est vraiment indifférent et qu’il mérite sa condamnation car il a commis un meurtre de sang-froid, ou s’il est victime d’une injustice totale, car enfin de compte, c’est la société qui ne le comprend pas.