Voir la version complète L'Empire Austro-Hongrois.

L'Empire Austro-Hongrois.

Imprimer Document!
S'inscrire - Rechercher de 155.000+ Dissertations

Catégorie: Philosophie

Soumis par: Caresse 04 mai 2012

Mots: 3019 | Pages: 13

...

de empereurs d'Autriche. Transleithanie notamment la Hongrie, la Transylvanie, la Croatie, et une partie de la côte dalmate. Il devait être gouverné par des monarques Habsbourg en leur qualité de rois de Hongrie. La Croatie a eu un statut spécial et a permis une certaine autonomie, mais été subordonnée à Transleithanie, qui a également nommé le gouverneur croate.

Le drapeau de l’Autriche-Hongrie

L'Autriche-Hongrie était le plus bel exemple d'un État multinational en Europe, mais, sur les quatre principaux groupes ethniques (les Allemands, les Hongrois, les Slaves et les Italiens) seuls les deux premiers on été de partenariat à part entière. La couronne des Habsbourg de la Bohême a été ostensiblement omise dans la réorganisation. Ainsi que les deux parlements élus indépendants, la Cisleithanie et la Transleithanie, pour délibérer sur les affaires intérieures et avait ministères indépendants. Un cabinet de commande commune, composée de trois ministres, tels comme le Ministre de relations étrangères, de la défense, et des finances. Il était responsable de l'empereur-roi et les délégations de 60 membres chacun (choisi par les deux parlements), qui s'est réuni pour discuter des affaires courantes. Les forces armées régulières étaient sous le commandement unifié et la monnaie était uniforme dans tout l'empire, mais il y avait des régimes douaniers distincts.

Organisation du pouvoir politique dans l’Empire austro-hongrois de 1867 à 1918

La création de l'Autriche-Hongrie en 1867

Les régions d'Autriche (Cisleithanie) à la suite du compromis austro-hongrois de 1867 :

1. Royaume de Bohême

2. Margraviat de Moravie

3. Duché de Silésie


4. Royaume de Galicie-Lodomérie


5. Duché de Bucovine


6. Voralberg


7. Principauté comtale du Tyrol


8. Duché de Salzbourg


9. Duché de Carinthie


10. Archiduché de Haute-Autriche


11. Archiduché de Basse-Autriche

12. Duché de Styrie

13. Duché de Carniole

14. Littoral (Küstenland : Gorizia, Gradisca, Trieste et Istrie)

15. Royaume de Damaltie

16. Bouches de Cattaro (Kotor)

Politique intérieure: Diviser pour régner

La force de la Double Monarchie résidait dans son immensité, sa quasi-autosuffisance économique, et ses possibilités de relations commerciales entre la frontière suisse et aux Carpates. Sa faiblesse était moins dans sa diversité ethnique que dans le traitement inégal accordé à ses minorités dans l'esprit de "Diviser pour régner." Parmi les slaves, les Tchèques et les Serbes étaient les plus mécontents. Les efforts du ministre Eduard Taaffe pour satisfaire les demandes tchèques ont échoué. La minorité italienne a été vécue par la cause nationaliste italienne. Les Roumains de la Transylvanie avaient des griefs amers contre leurs maîtres hongrois.

Comme les mouvements nationalistes ils ont gagné de pouvoir au sein de l'empire, ils ont élargi leurs exigences de l'autonomie culturelle à l'indépendance pleine et finalement brisé la monarchie. Ces mouvements existaient non seulement dans les provinces opprimées, mais aussi parmi les extrémistes hongrois, qui voulaient l'indépendance totale, et les pangermanistes autrichiennes, qui prônaient l'union de langue allemande en Autriche avec l'Allemagne. Le plus grand danger pour la monarchie était probablement le panslavisme, propagé de la Serbie et encouragée par la Russie parmi les Slaves du Sud.

Politique étrangère

L'Autriche-Hongrie au début se réconcilia avec l'Allemagne et rejoint la Ligue des trois empereurs. Lors du Congrès de Berlin en 1878, comte Andrássy, le ministre des Affaires étrangères, a obtenu un mandat sur la Bosnie-Herzégovine. En 1879, il entra dans une alliance avec l'Allemagne, qui été également rejoint par l'Italie en 1882. La formation de la Triple-Entente (France, Angleterre, Russie) pour s'opposer à cette alliance a conduit à une situation diplomatique tendue qui a précédé la Première Guerre mondiale. La politique étrangère de Graf von Aehrenthal a conduit à la crise bosniaque de 1908-9, et les demandes téméraires que son successeur, Graf von Berchtold, fait à la Serbie après l'assassinat de François-Ferdinand a contribué à précipiter le cataclysme.

Alliances militaires en 1914

La chute de la Cacanie

La révolution hongroise de 1848 a commencé avec des manifestations pacifiques dans les villes de Pest et Buda, exigeant le gouverneur impérial à accepter leurs conditions de gouverner l'Etat. Beaucoup de révolutions ont eu lieu au cours de la même année dans les zones des Habsbourg.

Les Magyars ont combattu les forces combinées des minoritaires Serbes, Croates, Roumains et Slovaques, qui ne voulaient pas la domination hongroise. Initialement, l'Autriche a accepté les demandes hongroises d'autonomie, sous la menace d'une révolution dans le cœur de l'empire, Vienne. Toutefois, lorsque l'empereur Ferdinand Ier a été remplacé par son neveu François-Joseph, les forces autrichiennes se retourna contre les rebelles hongrois et les écrasa. Archiduc Albrecht de Habsbourg était proclamé souverain du Royaume de Hongrie, connu pour sa germanisation de la population, avec l'aide des officiels tchèques.

A cause de nombreux problèmes non résolus, ainsi que les questions internes et externes, les réformes étaient inévitables afin de sauver l'Empire des Habsbourg. Les militaires ont forcé l'empereur à entreprendre des réformes internes. Dans le compromis austro-hongrois de 1867, l'empereur a conclu un accord avec la noblesse hongroise, représentée par Ferenc Deák, ce qui porterait sur un partenariat de longue date entre l'Autriche et la Hongrie monarchique.

L'Empire a été structuré en deux parties autonomes, de la plupart de la moitié ouest de la région (Autriche d'aujourd'hui) et le Royaume de Hongrie. Les deux territoires étaient gouvernés séparément avec un gouverneur commun mais unifiée militairement et économiquement. Le premier ministre du nouveau royaume était le comte Gyula Andrássy. La Constitution hongroise a été rétablie et Franz Joseph est devenu roi de l’Hongrie. La première étape dans la restauration de l'autonomie de l’Hongrie a été suivie par la réforme d'un autre Etat, la Croatie.

Diplomates hongrois ont conservé une forte influence sur l'état politique de l'Empire, et ont réussi à aider les Tchèques et les Slaves du Sud. À la fin du siècle, les développements politiques bigarrés des deux régions a fait une monarchie avec un état politiquement ferme, même si des tentatives infructueuses ont été faites pour mettre la double monarchie en une confédération.

En dehors des conflits l'allemand-hongrois et tchèque-magyares, les problèmes au sein de la monarchie se sont dégénérés. La population non-Magyar grandissait, ainsi que les attitudes nationalistes des Roumains, Serbes et Slovaques. Les Magyars dans le royaume ne représentaient que quelque 50 pour cent de la population du pays, tandis que les Roumains

composait environ 16 pour cent, 11 pour cent des Slovaques et 10 pour cent des Allemands. Malgré les problèmes politiques, l’Hongrie vu un développement économique impressionnant. L'ancien Royaume de Hongrie sous-développés devient un pays moderne, industrialisé à la fin du siècle, même si l'agriculture a resté la plus grande partie de son économie. Une grande partie du système administratif de la Hongrie moderne, ainsi que les institutions étatiques, ont été mises en place durant cette période.

Les nationalités dans l’Empire austro-hongrois

Le Parlement de Vienne (Reischrath) en 1917

Conclusion

A partir du Congrès de Vienne en 1815, l'empire autrichien a conduit la politique européenne jusqu'en 1848, a défendue la monarchie absolue et l'Ancien Régime contre le libéralisme et le nationalisme de plus en plus en vogue. Simultanément, il a tenté d'empêcher la réunification allemande, en imposant sa volonté à la Confédération allemande à travers de la manipulation politique des dynasties locales. Toutefois, à partir de 1848, la Prusse, a retiré l'Autriche des destinations allemandes, la battant dans le Sadowa en 1866. D'autre part, l'Empire d'Autriche a été confronté à des rébellions internes des tchèques et hongrois. Compte tenu de cette difficulté, l'empereur François-Joseph (qui régna de 1848 à 1916), dans une perspective absolutiste, centriste et cléricale, a pris ses fonctions en 1867 : le compromis austro-hongrois, par lequel ces deux nations ont formé un double monarchie, un empire fondé par le même nom. Deux états identiques avec les systèmes politiques et financières propres, mais avec des éléments communs, tels que l'empereur et les ministères de la Marine, des Finances, Guerre et des Affaires étrangères. Il y avait aussi deux délégations, le siège du gouvernement dans un système d’alternance entre les deux capitales. La Constitution de 1867 a établi, en plus d'un pouvoir exécutif (l'empereur), la Chambre des Nobles et une autre des députés, désignés par les assemblées provinciales (les Diètes). Les minorités ont aussi leurs propres assemblées.

Toutefois, les "éléments communs" étaient dans les mains des Autrichiens, qui n'ont jamais fait appel aux Hongrois et les autres peuples et régions qui composent l'empire (les Tchèques, les Slovaques, les Polonais, les Ruthènes, les Ukrainiens, les Roumains, les Serbes, les Croates, les Slovènes et les Italiens).

Malgré les garanties données par l’exécutif impérial de défense et le maintien de coutumes et langues de cette vraie mosaïque ethnique, la tension a toujours été une constante menace. Un exemple notoire est celle des Tchèques, la plus grande préoccupation pour Vienne, à laquelle les concessions devaient être faites (l’utilisation du tchèque dans l’université, par exemple) afin d'apaiser le conflit. La même chose pour l’Hongrie, avec son «cas Croate». Ces divisions ont été exacerbées à partir de 1897, à la suite d’une révision de la Constitution de 1867, en augmentant le choc politique entre la politique des deux monarchies centrales. En matière de la politique étrangère, l'Empire a vécu en 1907 sa plus grande brillance et affirmation dans le scenario européen, soutenu par des fins expansionnistes établies à l'annexion, en 1908, de la Bosnie-Herzégovine (peuplée par les Serbes), qui a servi d’appui pour son expansionnisme dans les Balkans. Un autre des éléments constitutifs de la politique étrangère impériale était le rapprochement croissant avec l'Allemagne unifiée. Ils sont devenus des alliés en 1879 et ont formé en 1883 avec l'Italie, le Triple Alliance. En 1910, occupant une superficie de 420.000 km2 et une population d'environ 52 millions d'habitants, l'Empire austro-hongrois a vu croître les révoltes internes, notamment en Croatie et dans d'autres régions des Balkans, où leurs intérêts ont été de plus en plus menacé. Cela était dû à l'agitation de la Serbie soutenue par la Russie, le grand ennemi de l'Autriche-Hongrie depuis 1879. La répression violente des armées impériales suivi par l'abolition des Diètes régionales a imposé des gouvernements autocratiques

Un État de 52 millions d’habitants - Les nationalités de l’Autriche-Hongrie en 1910

Internement l'alternance des gouvernements centralistes et fédéralistes a conduit à des divisions et à un certain nombre de partis politiques, ainsi que l'existence de secteurs libéraux et socialistes. Cependant, une politique visant promouvoir l'industrialisation et la modernisation du pays a pris force, principalement en Autriche, en a séparent encore plus du reste de l’Empire.

La répartition austro-hongroise était de plus en plus imminente, et appris force avec la réaction à l'assassinat du prince héritier François-Ferdinand en 1914, à Sarajevo, épisode qui a déclenché la Première Guerre mondiale. Le conflit a pris fin avec la défaite de la Triple Alliance. François-Joseph, décédé en 1916, a toujours essayé de sauver l'Empire, paralysé à tous les égards et remis à la misère et à la famine, qui a causé en outre différentes révoltes des peuples contre le gouvernement impérial et contre la guerre.

Composition de l’Armée en 1915

Les pertes de guerre par nationalité

Le 27 Octobre 1918, l'empereur de Charles de Habsbourg a accepté sans réserve les conditions imposées par les États-Unis. Cela a conduit à l'Armistice, la renonciation au titre d’empereur et l'abandon du pays, donc la fin de l'histoire de l'Empire. Par le traité de Trianon, l'Autriche a reconnu ses nouvelles frontières, l'indépendance de la Hongrie et la Tchécoslovaquie, ainsi qui les autres pays avant subjuguées.

« Za Rakouska ! (Au temps de l’Autriche) dans le langage populaire tchèque, l’année 1918 rejette vers un passé révolu les empereurs, les archiducs, une certaine joie de vivre de la Belle Époque. Qui a détruit l’Autriche-Hongrie ? Tout le monde. Inutile encore une fois de chercher les complots et des traites. »

« La nouvelle démocratie sera l’héritière des aspirations à la liberté de 1917-1918 autant que des traditions de l’Empire millénaire, détruit, dans le grand tumulte de la chute des aigles fracassées. »

Nouvelles frontières en Europe centrale 1919 - 1921

Images

L’impératrice Zita, le prince impérial Otto et l’empereur Charles

Fête des récoltes, Presbourg (Bratislava), août 1918

Le cortège funèbre de François-Joseph sur le Ring

30 novembre 1916

Le serment du roi de Hongrie à la Constitution hongroise.

La colonne de la Trinité, devant l’église Saint-Mathias, Buda, 30 décembre 1916

Le couple royal transfiguré par le couronnement.

Charles porte la couronne de saint Etienne (à la croix penchée), le manteau, le sceptre et l’épée

Le comte Mihaly Karolyi « le comte rouge »

Partisan de la paix avec l’Entente et d’une Hongrie démocratique

Le comte Istvan Tisza, président du Conseil hongrois jusqu’en avril 1916.

Il symbolise le rempart de l’ordre ancien (tableau officiel de 1915)

Le comte Ottokar Czernin, allemand de Bohême

Ministre des Affaires Étrangères de décembre 1916 à avril 1918

Karel Kramar, président du conseil de 1918.

Ce bourgeois tchèque fut condamné à mort en 1915

La queue pour le lait à Vienne

La foule à Prague, sur la place Saint-Venceslas, le 28 octobre 1918

La victoire de Caporetto.

Le réveil des soldats autrichiens sur le mont Km reconquis en octobre 1917

La flotte impériale et royale : garde d’honneur sur le navire amiral

Les légions tchécoslovaques en Russie.

Thomas Masaryk, chef de l’émigration tchèque, impassible au milieu de la révolution

Le colonel russe Stepanov (à droite), 1917

Le regard des stratégies.

L’empereur Charles et le général Boroevic sur le font italien

Les légions tchécoslovaques en France : à Darney

Le président Poincaré remet au 21º régiment son drapeau, en présence d’Edouard Benes, secrétaire général du Conseil national tchécoslovaque (à gauche)

Les prisonniers autrichiens sur le front italien

A Prague, la chute de l’aigle à deux têtes, à la direction de la police,

28 octobre 1918

Bibliographie

Livres :

BÉRANGER, Jean, l’Autriche-Hongrie : 1815-1918, Armand Colin, Collection U. Histoire, Paris, 2011, 223p. ISBN : 978-2-200-24888-8

MICHEL, Bernard, La chute de l’Empire austro-hongrois :1916-1918, R. Laffont, Paris, 1991, 322p. ISBN : 2221069323

FEJTÖ, François, Requiem pour un Empire défunt, Seuil, Paris, 1993, 463p. ISBN : 2-02-014674-6

SCHORSKE, Carl, Vienne, fin de siècle, Seuil, Paris, 1983, 378p. ISBN : 2-02-006625-4

TAPIÉ, Victor-Lucien, Monarchie et peuples du Danube, Éditions Fayard, Paris, 1969, 495p. ISBN : pas d’information

VIDALENC, Jean, L'Europe danubienne et balkanique : 1867-1970, Masson, Paris, 1973, 194p. ISBN : 2-225-35640-3

SCHIAVON, Max, L'Autriche-Hongrie dans la Première Guerre mondiale : la fin d'un Empire, Soteca, Paris, 2011, 296p. ISBN : 978-2-9163-8559-4

LICHTENBERGER, M.H., Le problème austro-hongrois, Comité National d’études sociales et politiques, Paris, 1918, 27p. ISBN : pas d’information

LAPARRA, Jean-Claude, Le prix d’une alliance : les Austro-hongrois sur le front ouest : 1914-1918, Ysec, Louviers, 2002, 240p. ISBN : 2-84673-017-2

VALIANI, Leo, The end of Austria-Hungary, Konpf, New York, 1973, 474p. ISBN : 0-394-46641-1

LEGER, Louis, La liquidation de l’Autriche-Hongrie, Alcan, Paris, 1915, 86p. ISBN : pas d’information

WEIBEL, Ernest, Histoire et géopolitique de l’Europe centrale « De l’antiquité à l’Union Européenne », Éditions Ellipses, Paris, 560p. ISBN : 272982006Xb

Internet :

L’empire austro-hongrois « Un système politique singulier » http://www.akadem.org/medias/documents/1_Empire-austro-hongrois.pdf

Histoire de l'Autriche-Hongrie http://www.linternaute.com/histoire/motcle/885/a/1/1/autriche-hongrie.shtml

1815-1914 nationalismes et impérialismes « La création de l'Autriche-Hongrie en 1867 »

http://www.atlas-historique.net/1815-1914/cartes/Autriche-Hongrie1848-68.html

La monarchie austro-hongroise http://www.memo.fr/article.asp?ID=PAY_AUT_005#Som1

L'Empire Austro-Hongrois : une Europe avant l'Europehttp://socialiste.forumactif.com/t4766-l-empire-austro-hongrois-une-europe-avant-l-europe

Les derniers feux de l’Empire http://www.jeansevillia.com/index.php?page=fiche_article&id=60

Vidéos :

The Austro-Hungarian Empire

http://youtu.be/87BPj2U3Yjs

Austro-Hungarian Empire (K.u.K.)

http://youtu.be/49KpTb-gcM4

History of Austria

http://youtu.be/oUTxJTlOk78

The funeral of emperor Franz Joseph I. / Begräbnis von Kaiser Franz Joseph I.

http://youtu.be/nKrhLVe6hXo

Toutes les sources « Internet et Vidéos » consultées sont encore disponibles.

--------------------------------------------

[ 1 ]. Du nom de la rivière Leitha, affluent de droite du Danube marquant ne partie de la frontière entre les deux parties de la monarchie, à l’est de Vienne.

[ 2 ]. Le pangermanisme est un mouvement politique irrédentiste du XIXème siècle visant l'unité de tous les germanophones d'Europe.

[ 3 ]. Le panslavisme est une doctrine politique, culturelle et sociale qui valorise l'identité commune que partageraient les différents peuples slaves (Polonais, Tchèques, Slovaques, Slovènes, Croates, Serbes, Monténégrins, Macédoniens, Bosniaques, Bulgares, Russes, Biélorusses, Ukrainiens, Kaschoubes, Sorabes et Ruthènes) et qui préconise leur union politique sur la base de cette identité.

[ 4 ]. Cacanie : expression. Utilisée par l’écrivain Robert Musil (1880-1942) pour designer l’Autriche-Hongrie : k und k, impériale et royale.

[ 5 ]. Extrait : MICHEL, Bernard, La chute de l’empire Austro-Hongrois 1916-1918, Collection: Les hommes et l’histoire de Robert Laffont. Page 289

[ 6 ]. Extrait : MICHEL, Bernard, La chute de l’empire Austro-Hongrois 1916-1918, Collection: Les hommes et l’histoire de Robert Laffont. Page 296