Voir la version complète La Chambre Des Officiers

La Chambre Des Officiers

Imprimer Document!
S'inscrire - Rechercher de 155.000+ Dissertations

Catégorie: Sciences Economiques et Sociales

Soumis par: Lisle 24 mai 2012

Mots: 2212 | Pages: 9

...

l.

Au bout des cinq ans, il n’a toujours pas retrouvé son visage et même plus tard dans le roman, quand les progrès de la médecine lui permettraient d'améliorer son visage, il refuse car il en a assez des opérations .

A leur sortie de l’hôpital, Adrien retrouve Clémence dans un théâtre, il la suit pour voir où elle habite. Plusieurs jours plus tard, il va lui parler, il apprend que le pianiste est mort d'une pneumonie en hiver 1914 et qu’elle a eu une fille, née en août 1915. Adrien sera le premier à se marier, en 1924 . De cette union naîtra une fille, en juin 1926. La même année, Penanster et Weil se marieront à leur tour. Pendant la seconde guerre mondiale, Weil viendra se cacher en Bretagne avec sa famille pour échapper aux camps de concentration car ils sont juifs. Cet enfermement durera encore deux ans, de 1942 à la libération en 1944. A la fin du roman, Penanster, qui souffrait de vertiges, meurt d’une chute pendant qu’il faisait une randonnée

- Le film

La chambres des officiers

Ce film a été réalisé par François Dupeyron

François Dupeyron est un écrivain et réalisateur français né le 14 août 1950 à Tartas dans les Landes.

Il est sorti le 26 septembre 2001 en France.

Comparaison :

Je dois dire que j'ai trouvé le roman légèrement inférieur au film de Dupeyron qui en a été tiré et qui porte le même titre. D'abord, il est assez court : 171 pages, de petits chapitres… Et l'impression ambigüe d'avoir, d'un côté, passé un agréable moment de lecture, et de l'autre, d'être resté à la surface d'un sujet qui mériterait d'être traité avec davantage de relief et de force, tant il est vrai qu'on parle beaucoup du carnage de 14-18, beaucoup moins de ceux qui ont survécu à cette guerre… moyennant, un bras, une jambe, un visage, laissés sur le champ de bataille.

Le livre, contrairement au film, se termine bien plus tard, et de manière bien moins dramatique. La chambre des officiers - le roman - se termine bien après la seconde guerre mondiale. Plus de 30 années résumées en à peine 10 pages ! A la fin du livre les trois officiers trouvent l'amour alors que le film s'arrête quand Alain Fournier rencontre une jeune fille . Dans le livre on a bien l'impression que 5 années s'écoulent quand il est a l'hôpital alors que dans le film on n'a pas l'impression qu'il reste 5 ans dans la chambre des officiers .

Le film est fidèle au livre. Nous ne savons rien du jeune homme, de son passé ni de son avenir.

I. Analyse du contexte l'oeuvre : La chambre des officiers

a. Contexte historique :

L'histoire se passe pendant la guerre de 1914 à 1918 .

L'Europe ne peut sortir de ces cinq années de guerre intacte. Les conséquences sont bien évidemment humaines économiques et politiques.

Les conséquences humaines :

Avec 9 millions de morts, la première guerre mondiale donne à l'Europe un des plus triste record de son histoire militaire. L'Allemagne, La France et la Russie concentrent à eux trois 60% des pertes. En France ou en Allemagne ce sont entre 20 et 25% des hommes entre 20 et 30 ans qui disparaissent au combat. Les conséquences sont multiples et en premier lieu, ces morts entraînent un vieillissement de la population et privent ces pays de naissances qu'auraient pu engendrer ces hommes s'ils n'étaient pas morts.

Le contexte de guerre entraînant encore plus vers le bas l'effondrement de la natalité. Entre 1914 et 1918, le déficit de naissances dépasse le million de naissances. Le déséquilibre entre le nombre de femmes et celui des hommes s'en trouve accentué ( 115 femmes pour 100 hommes).

Le bilan économique et social :

La guerre a un coût, les dépenses engendrées pour soutenir l'effort de guerre ont été financé par des emprunts et en augmentant la quantité de monnaie en circulation. Ceci a pour conséquences une très forte augmentation des prix ( inflation ). Entre 1914 et 1919, le mark perd 90% de sa valeur et le franc 75%.

La France qui a été occupé par les allemands a subit de lourdes destructions avec 400 000 immeubles ou usines détruits et 3 millions d'hectare de terre agricole rendues inutilisable à la suite des bombardements.

Les femmes ont remplacé les hommes dans les usines et n'entendent pas retourné à leurs travaux ménagés comme si rien ne s'était passé. De nombreuses association se créent en Europe et parviennent à obtenir notamment le droit de vote pour les femmes. En France il faudra attendre 1945.

A ces transformations et bouleversements s'ajoutent l'émergence de nouveaux courants philosophiques et artistiques comme le surréalisme et l'expressionnisme qui illustrent la réalité de façon acide.

II. Une présentation des artistes

a. Biographie de Marc dugain

Marc Dugain est un écrivain français né au Sénégal en 1957 où son père était coopérant . Il construit depuis 1999 une œuvre littéraire couronnée de succès avec des romans qui mettent en avant des personnages très variés dans des circonstances très différentes, comme un jeune officier français défiguré par un obus en 1914 au tout début de la Première guerre mondiale ( La chambre des officiers )

Il est revenu en France à l'âge de sept ans et durant son enfance, il accompagnait son grand-père à La maison des Geules cassées de Moussy-le-vieux, château qui avait accueilli les soldats de la Première guerre mondiale mutilés du visage à l'origine de son premier roman La Chambre des officiers.

Il obtient ensuite son diplôme de l'Institut d'études politiques de Grenoble et travaille dans la finance avant de devenir entrepreneur florissant dans l'aéronautique. À trente-cinq ans, il commence une carrière littéraire en racontant le destin de son grand-père maternel, « geules cassées» de la guerre de 14-18 : ce sera La chambre des officiers, publié en 1998 et qui le fera connaître. Dès lors, Marc Dugain se consacre avec succès entièrement à l'écriture en traitant des sujets très différents.

Ses autres oeuvres :

La malédiction d'Edgar

Je ne suis que Staline

En bas , Les nuages

Biographie de François Dupeyron

François Dupeyron est un écrivain et réalisateur français né le 14 août 1950 à Tartas dans les Landes(France). Il est diplômé de l'IDHEC.

En 2004, il a projeté d'adapter voyage au bout de la nuit de Céline. Lors du Festival de Cannes 2009, il a reçu le prix France Culture Cinéma, décerné à une personnalité du cinéma pour la qualité de son œuvre ou la force de son engagement.

Ses autres oeuvres : - Trésors (2009) Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran (2003)

Inguelezi (2004)

III. Description

a. Le livre

La chambre des officiers est un roman dramatique où se mêlent douleur et amour. Adrien doit réapprendre à vivre avec son nouveau visage, et pourtant il ne cesse de penser à une jeune femme qu'il a rencontrée la veille de son départ en guerre, Clémence. Sans perdre espoir de la conquérir, il ne songe qu'à la retrouver.

Ce livre est un témoignage, minimaliste, car il s'étend peu sur les états d'âme, les souvenirs antérieurs ou postérieurs au drame lui- même. Il se lit avec un immense intérêt, bien que ce ne soit pas de la littérature.

La chambre des officiers c'est d'abord un livre que Marc Dugain a écrit à la 1° personne à la mémoire de son grand-père, gravement blessé au visage, qu'il a souvent accompagné au château des gueules cassées, et qu'il a défendu en se battant quand ses petits camarades de l'école le traitaient de monstre

Résumé du roman :

L'histoire se déroule dans un hôpital en 1914, la veille de la première

guerre mondiale et se termine au printemps 1946 . Le personnage principale Adrien Fournier est entouré durant son séjour a l'hôpital d'autres soldats blessés de la guerre. Lui même a reçu un obus en plein visage , il est défiguré et a perdu l'odorat , ses dents , son palais et ses lèvres. Elle se passe comme dans un huis-clos à l'hôpital du Val-de-Grâce avec seulement Paris au début et à la fin et aussi la Bretagne a la fin. Le héros a donc vécu les deux guerres mais n'a pratiquement pas combattu .

B. Signification de l'oeuvre

L’auteur a choisi ce titre car la chambre des officiers est l’endroit où se déroule la majeure partie de l’histoire. Cette pièce est une grande chambre de Val-De-Grâce Ou Adrien (Officier blessé au front pendant la première guerre mondiale) est hospitalisé.

Les sujets abordés dans ce roman sont l’amour, l’identité, le regard des autres, l’amitié et la guerre.

Ce roman est donc réaliste et convient parfaitement à ce qu’aurait pu être la vie d’un soldat blessé ou d’un groupe de soldats blessés à cette époque

Le narrateur voit la guerre de façon à la fois optimiste et pessimiste: la guerre peut ôter aux personnes blessées leur identité, les meurtrir les tuer mais aussi elle crée aussi de fortes amitiés entre les hommes, comme si ces liens étaient nécessaires à leur survie .

Conclusion :

Dans ce livre, j’ai apprécié les personnages qui étaient bien décrits aussi bien physiquement que moralement. J’ai découvert des identités et des caractères variés, attachants. L’expression des sentiments est bien développée pour chaque personnage( amour , tristesse , joie , amitié ) . Les descriptions nombreuses m’ont permis de mieux comprendre l’atmosphère qui régnait pendant la guerre . Le thème du livre est les gueules cassées pendant la Grande guerre.

Dans ce livre je n’ai pas apprécié le manque d’actions (plus d’une centaine de page présente la vie d’Adrien dans sa chambre), ni l’accélération des évènements vers la fin de l’histoire où le narrateur présente la période de 1918 à 1946 en une quinzaine de pages alors que les quatre ans de la vie d’Adrien dans l’hôpital dure une centaine de pages même si le roman raconte avant tout l’enfermement et le reconstruction d’Adrien dans « la chambre des officiers » .

Le roman n'a pas de mal à entrer dans le vif du sujet et en quelques pages, nous nous retrouvons en train de lire l'accident. Donc, la mise en place est très rapide et efficace. Les passages qui auraient pu être narrés avec crudité sont très subjectivement expliqués, ce qui laisse une certaine liberté de l'imaginaire. A mon sens, l'esprit "fraternel" des hommes qui vivaient à cette période de l'histoire, n'est pas assez franche et assez profonde. La dualité entre la peur de la guerre, la joie de la victoire, l'appréhension du regard des autres, l'angoisse de la mort; et bien tout ça donne à ce roman une sorte de consistance très intéressant .

Le thème , tragique et dur, est traité avec fluidité. La détresse de ces soldats pourrait nous faire pleurer mais, souvent, on rit. Cet épisode monstrueux de la guerre 14/18 est dépeint avec clairvoyance et la vie, plus forte que le désespoir, pointe entre les lignes. La joie, l'amitié, l'avenir - toujours présents - éclairent les murs de l'hôpital de milliers d'éclats de rire ensoleillés.

L'humour, l'espoir et un regard profondément humain portent l'histoire et emmènent le lecteur jusqu'à la dernière page. Ce livre est à mettre entre toutes les mains.

J’ai apprécié ce livre.