Voir la version complète Le Théâtre Est Fait Pour Être Lue Ou Vu ? ( Axe 1 Et Conclusion De L'Axe )

Le Théâtre Est Fait Pour Être Lue Ou Vu ? ( Axe 1 Et Conclusion De L'Axe )

Imprimer Document!
S'inscrire - Rechercher de 155.000+ Dissertations

Catégorie: Religion et Spiritualité

Soumis par: Russell 17 avril 2012

Mots: 1206 | Pages: 5

...

est en effet à ce sujet et on peut y apprendre que « don » est un titre d’honneur des nobles espagnols, qui se place devant le prénom. En France, au XVII ème siècle, on l’écrivait « Dom » (du latin dominus, le maître de maison) et cette orthographe et réservée aujourd’hui aux religieux de certains ordres. On a l’habitude de conserver « Dom » pour le titre de la pièce et d’écrire « Don » pour le personnage. Cette note est donc importante pour comprendre que le personnage fait partie de la noblesse et qu’il aura donc un certain pouvoir dans la pièce que nous découvrirons en lisant. De plus, la lecture permet d’avoir un recul par rapport à la pièce permettant de réfléchir soi-même. Prenons Phèdre, une autre pièce écrit par un grand dramaturge du classicisme en 1676 : Jean Racine. La construction tragique, la profondeur des personnages et la richesse de la versification, nous permettent d’en tirer notre propre morale qui en découle ; on peut prendre son temps à comprendre l’intrigue, à analyser certains vers devenus des classiques par leur musicalité, comme un que l’on trouve dans la scène 3 de l’acte I : «Tout m’afflige et me nuit et conspire à me nuire » (v.161). Nous pouvons ajouter, un second avantage à la lecture : elle est un parfait exercice d’imagination. Nous devons, par nous-même, imaginer les décors et les costumes quand ils ne sont pas décrits dans les didascalies et dans Les Précieuses Ridicules de Molière de 1659, c’est le cas ; aucun costumes ni décors ! A nous de faire fonctionner notre imagination. Pas trop difficile quand nous connaissons le mouvement littéraire du XVII ème siècle. En effet, ce courant culturel et littéraire qui se nomme la Préciosité, se caractérise par la pureté du langage, l’élégance de la tenue, la dignité des mœurs et l’amour idéalisé. Les vêtements et l’apparence ont une grande importance dans cet état d’âme, on peut donc imaginer des dames très élégantes avec des très grandes robes à corset comme il se faisait à la cour de Louis XIV, et d’ailleurs Molière est contemporain au régime monarchique de Louis XIV. En ce qui concerne les décors, nous savons que les dames précieuses de ce courant se retrouvaient dans des salons précieux de Paris, souvent dans des ruelles, ainsi, dans la scène IX de la pièce, les trois précieuses Magdelon, Cathos et Almanzor se trouvent certainement dans un de ces salons. Nous pouvons également nous imaginer le comportement des personnages, les jeux de scènes. Peut-être que Don Juan est très autoritaire avec son valet peut-être est-ce le contraire, peut-être que dans les Femmes Savantes de Molière, Henriette et Armande qui apparaissent dans la scène d’exposition, discutent tout en se déplaçant c’est ce que personnellement j’aurais imaginé pour plus de vivacité en revanche, Véronique Costa, un des nombreux metteurs en scène, a décidé de faire parler les deux personnages assis sur une chaise. Donc voilà un exemple qui illustre bien les différentes interprétations que chacun peut en tirer d’une pièce simplement en la lisant. Pour finir, on peut trouver également une certaine utilité à lire la pièce. Elle apporte une richesse littéraire, c’est-à-dire qu’on y trouve des rimes, des figures de styles, on peut observer tranquillement la richesse stylistique de l’écrivain, jugez du temps qu’il a dû prendre à écrire alors qu’en ne voyant que la représentation, le public n’est pas toujours attentif à tous ces détails auxquels l’auteur s’est attaché. Puis, Lire la pièce avant de voir la représentation ou après permet de porte un jugement sur la mise en scène, si les didascalies sont respectées ou non, de critiquer la pièce en soulevant plus d’arguments que quelqu’un qui ne l’aurait pas lu. Egalement, il faut savoir que certaines pièces n’ont pour but que d’être lue, et ne peuvent pas être représentées comme le théâtre d’Alfred Musset, celui-ci dégoûté de la scène après la représentation de sa Nuit Vénitienne ou les noces de Laurette, a décidé de l'abandonner pendant presque vingt ans. Ce qui ne l'empêcha pas d'écrire et de publier de nouvelles pièces de théâtre durant cet intervalle et en particulier il est connu pour une pièce destiné à n’être que lue qui s’intitule : Un Spectacle Dans Un Fauteuil. Par ailleurs, il y a des pièces de théâtre très compliquées à mettre en scène car certains auteurs ne respectent pas les règles du théâtre classique qui oblige une unité de temps d’action et surtout de lieu, par exemple Cromwell de Victor Hugo, à cause des fréquents changements de décors et de la démesure du texte en lui-même, c'est une pièce qui n'a presque jamais été jouée.

Nous pouvons ainsi dire que le théâtre est une œuvre littéraire très enrichissante, et les dramaturges prennent de plus en plus d’implication à la richesse de l’écriture, certaines sont même destinées à n’être que lue d’où l’utilité de lire. Pour certains, la lecture reste le moyens le plus enrichissant, surtout dans une pièce où les registres de langues se confondent le plus souvent, ou l’imagination est sollicitée en continue. Cependant, il ne faut pas oublier que les dramaturges écrivent une pièce dans le but qu’elle soit jouée, a l’exception de Musset.