Voir la version complète Les Inégalités De Développement

Les Inégalités De Développement

Imprimer Document!
S'inscrire - Rechercher de 155.000+ Dissertations

Catégorie: Le Monde du Travail

Soumis par: Russell 03 mars 2012

Mots: 958 | Pages: 4

...

cadrement sanitaire est de qualité ce qui entraîne une baisse du taux de mortalité infantile. De plus, le taux d’alphabétisation est supérieur à 95%.

Les pays du Nord sont donc considérés comme des pays développés : une économie basée sur les services et la technologie, un taux de mortalité infantile bas, une nourriture en surabondance et un niveau de scolarisation très satisfaisant. Le Nord est assez hétérogène malgré la paupérisation des l’ex bloc de l’est.

Ensuite, les pays du Sud représentent 85% de la population mondiale mais produisent seulement 20% de la richesse mondiale. Pour cause, leur économie est basée sur l’agriculture. Les habitants disposent donc de moins de 360 dollars par an. De plus, certaine localisations sont peu favorables au commerce (territoire enclavé) et une absence de mise en valeur des ressources est présente (Afrique). Mais tous les pays du Sud ne sont pas pauvres, le sud est très diversifié. Notamment, la Chine, l’Inde et le Brésil se sont développés très rapidement et arrive maintenant à la cheville des pays du Nord : ce sont dans les NPI (Nouveaux Pays Industrialisés).

La croissance démographie des pays du Sud est toujours en hausse .Il y a donc une surpopulation, de plus, l’espérance de vie est en hausse(en 1950 : 38 en Afrique, en 2005 : 50) mais reste cependant basse. Et la mortalité infantile est élevée, elle est due à l’encadrement sanitaire insuffisant.

De même, les conditions de vie sont plus ou moins déplorables dans certains pays du Sud. Les PED (Pays En voie de Développement) souffrent de sous alimentation et de malnutrition. Parmi les cinquante pays les plus pauvres, trente-huit sont situés en Afrique subsaharienne. Le taux d’alphabétisation dépend lui aussi des pays : au Brésil, il est à 85%, en Inde à 57%, et au Niger à 16%. Ce retard de scolarisation provient des blocages sociaux : les femmes n’ont pas le droit à l’instruction.

Les raisons des inégalités sont les conditions naturelles qui sont parfois difficiles comme en haute montagne et dans le désert et une situation politique gênante (guerres interethniques : Rwanda). Les pays du Sud sont considérés comme des pays en développement ou en sous développement mais ils sont très diversifiés car certain arrivent à la chevilles des pays du Nord comme le Brésil mais certain sont très pauvres comme la Mozambique.

Les conséquences des inégalités sont nombreuses et multiples, elles sont les plus présentes dans les pays du Sud.

Dans les pays du Maghreb, les jeunes sont touchés par l’immigration vers des pays plus riches.

De plus, la malnutrition et la sous-nutrition touchent près d’un milliard de personnes, elle est dévastatrice.

Enfin, la situation sanitaire est déplorable dans les PMA (Pays les Moins avancés qui comptent notamment l’Afrique subsaharienne). Elle entraîne des épidémies, des endémies qui cause une forte mortalité infantile et une espérance de vie limitée.

Ces inégalités sont présentes parfois dans un même pays comme les cas de la Chine. Le développement accéléré de la Chine pendant la décennie 1990 à accru le revenu de certain habitant vivant sur les côtes. Mais ce développement n’a que creuse les écarts entre la population vivant au milieu des terres qui sont pauvres, ni scolarisés, ni formés. Ils sont 300 millions de paysans.

Mais les pays du Nord sont aussi touchés par ces inégalités : le Nord marginalisé est en voie de paupérisation et 10% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Les formes d’inégalités se forment au niveau économique, politique et social. Les raisons sont nombreuses : guerres, colonisation, obstacles naturels. Les inégalités sont donc multiples et résultent de facteurs divers qui se conjuguent. Leurs conséquences sont parfois dramatiques.

Mais les nouveau pays émergents sont –il un danger pour les pays riches ?