Voir la version complète Paule Verlaine Fêtes Galantes, Fiche De Lecture

Paule Verlaine Fêtes Galantes, Fiche De Lecture

Imprimer Document!
S'inscrire - Rechercher de 155.000+ Dissertations

Catégorie: Sciences Economiques et Sociales

Soumis par: Russell 03 mai 2012

Mots: 977 | Pages: 4

...

4 tercets |

Sur l'herbe | 3 quatrains |

L'allée | 1 strophe |

A la promenade | 5 quatrains |

Dans la grotte | 3quatrains |

Les ingénus | 3quatrains |

Cortège | 5 quatrains |

Les coquillages | 3 quatrains puis 1 monostique |

En patinant | 16 quatrains |

Fantoches | 4 quatrains |

Cythère | 4 quatrains |

En bateau | 5 tercets |

La faune | 2 quatrains |

Mandoline | 4 quatrains |

A Clymène | 5 quatrains |

Lettre | 1 strophe de 12 vers puis monostique puis 1 strophe de 12 vers puis 1 tercet |

Colombine | 6 sizains |

L 'amour par terre | 4 quatrains |

En sourdine | 5 quatrains |

Colloque sentimental | 8 distiques |

Les indolents | 6 tercets |

Tout au long de ces vers on peut remarquer que la poésie n’est pas habituelle, traditionnelle. On retrouve des strophes, des mono stiques et des assemblages peu communs de différentes strophes. De plus, on remarque l'absence de sonnets. On peut interpréter ces choix stylistiques comme nouveaux ce qui donne une tonalité originale au recueil. Verlaine fait le choix de la modernité et de l’originalité sûrement pour pouvoir changer les règles de styles trop semblables et les contredirent.

2)

Il y a beaucoup de mots compliqué dans ces textes, provoquant une certaine diversité des registres. La mixité se voit aussi entre les différents langages qui coïncident. Ainsi on retrouve des familiarités (comme l'utilisation du mot « culotte » au vers 3 de « En bateau » . Par contre on trouve aussi de nombreux mots complexes ne rendant pas la tache de lecture si facile, comme « aigrefin » dans « Colombine » ou « sylvains hilares» dans « Les indolents». Verlaine utilise aussi des mots dissonants comme dans « L'amour par terre » au vers 4: « Et dont l'aspect nous fit tant songer tout un jour » avec les allitérations mêlées en t et en r; l'auteur commet même des maladresses syntaxique comme par exemple « comme César pour un sourire, ô Cléopâtre, » dans « lettre » au vers 28. Ces discordances qui semblent s'accorder à la modernité du recueil sont sciemment utilisées par l'auteur pour mieux traduire la plainte et la souffrance.

III)

1)

En détaillant ses descriptions, comme celles des femmes dans « les ingénus » et « l'allée » ou des paysages (« Clair de lune ») Paule Verlaine prouve que le point de départ de son inspiration qui est la peinture. A tel point que les détails stylistiques deviennent des termes picturaux. Par exemple, il y a de nombreuses couleur que l’on peut relever : « vermeil », « blanches » dans « les ingénus », et même de matières « taffetas », « brocart » dans « Cortège »... Les termes particulièrement propres à la peinture sont « peinte » dans « l'allée », « pâle » (dans « A la promenade »).

Le titre des Fêtes Galantes renvoie directement à l’œuvre de Watteau qui est l’une des sources d’inspiration de Verlaine. On s'aperçoit que l'on retrouve un clair de lune dans « Arlequin, empereur de la lune » mais aussi une œuvre de 1717 intitulée « Le théâtre italien », qui montre une troupe au clair de lune, ces deux œuvres correspondent particulièrement bien au poème liminaire « Clair de lune ». De nombreuses choses renvoient à certains tableau de Watleau , on retrouve très souvent la même ambiance, les mêmes paysages et décors, les personnages de la commedia dell'arte, les arbres et par exemple les « grands jets d'eau sveltes parmi les marbres » qui sont dans les

œuvres de Watteau.

2)

Verlaine pour rédiger ses poèmes ne c’étaient pa référer seulement à la peinture, mais plutôt à l’art en général. Plusieurs poèmes utilisent le lexique de la musique dans Fêtes galantes : «Sur l’herbe», «Clair de lune», «Le faune», «En bateau», «Mandoline», «À Clymène», «En sourdine» et «Colombine» D’une manière générale, ce sont des instruments de musique (luth, mandoline, guitare), des voix, des morceaux de musique (barcarolles, romances sans paroles) ou des indications techniques (mode mineur, en sourdine) qui sont appelés dans le corps de ces poèmes.