Voir la version complète Pouvons-Nous Penser Que La Littérature Est Une Bonne Arme Pour Dénoncer Les Inégalités ?

Pouvons-Nous Penser Que La Littérature Est Une Bonne Arme Pour Dénoncer Les Inégalités ?

Imprimer Document!
S'inscrire - Rechercher de 155.000+ Dissertations

Catégorie: Biographies

Soumis par: Jessamine 14 avril 2012

Mots: 998 | Pages: 4

...

grâce à l’utilisation de l’implicite. En effet, étant le divertissement favori du roi Louis XIV, il se permettait de critiquer la Cour sans que celui-ci ne se doute qu’il s’agissait de lui. Jean De La Fontaine mettait en scène des animaux représentant le Roi et sa Cour sous forme de fables : comme par exemple le Corbeau et le Renard. L’implicite lui a ainsi permis de rester en vie, car à l’époque toute critique envers le Roi était punie de décapitation.

Dans tous les cas, les écrivains ont sûrement raison d’utiliser la littérature comme arme pour dénoncer des faits, car la plus grande majorité des populations ont accès à la lecture. En effet, l’entrée des bibliothèques est la plupart du temps gratuite, tandis que la télévision et la radio ne sont pas accessibles à tous. Donc les écrits permettent à n’importe quel lecteur de prendre position sur les dénonciations des auteurs, et ainsi d’y réagir.

Pourtant, les inégalités ainsi dénoncées peuvent-elles réellement faire changer d’avis toute une population ?

Il y a des années de cela, la littérature était un des meilleurs moyens, avec le théâtre, de dénoncer des inégalités. Cependant, il est difficile pour un écrivain de doter son écrit d’arguments assez poignants et convaincants pour que le lecteur réfléchisse au sujet et change sa vision des choses. La littérature a ses limites et est malgré tout remplacée par de nouveaux moyens de communications plus efficaces comme internet, les médias, le cinéma et la presse. De surcroit, les gens lisent de moins en moins et ont tendance à favoriser les nouvelles technologies. Les librairies proposent néanmoins différentes catégories de lectures comme l’action, la fiction ou encore l’aventure qui attirent d’avantage les lecteurs. Depuis quelque temps, certains réalisateurs ont introduit leurs idées dans le cinéma car cela est devenu un des meilleurs moyens d’atteindre la sensibilité des spectateurs.

D’autre part, la littérature est aussi victime de censure dans certains pays. Celle-ci est souvent imposée à la population par une personne haut-placée comme un dictateur ou un roi. Il y a des années de cela à Berlin, quelques mois après l’arrivée d’Hitler au pouvoir, ses partisans se livrèrent à un gigantesque autodafé, c’est à dire qu’ils brûlèrent tous les livres jugés mauvais et dangereux pour la « santé morale de l'Allemagne ». En revanche, Hitler leur imposait une certaine lecture, comme le magasine en couleur Signal paru en 1940 et introduit par le régime comme vecteur de propagande à l'échelle européenne. Nous pouvons alors parler de censure et de propagande, car la population n’avait pas le droit ni surtout la liberté de lire ce qu’ils voulaient.

Mais ne vaut-il pas mieux les actes que les écrits ? En effet, les plus grands évènements ayant marqué l’Histoire ont été des actes et non pas des écrits. La Révolution Française, illustrée par la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, durant laquelle celle-ci est prise d’assaut par les parisiens qui ont, avec cet acte, marqué leur volonté de changer de régime. Ce retournement de la population française fit l’effet d’un séisme, en France comme en Europe, et même jusqu’en Russie. Une lettre du peuple n’aurait sûrement pas suffit au Roi pour faire entrer la France dans un nouveau régime.

Nous avons pu voir que la littérature en tant qu’arme engagée, permettait à l’auteur de transmettre ses idées et de développer un esprit critique. Elle peut également contourner la censure grâce à l’utilisation de l’implicite et surtout elle est accessible à la plus grande majorité des populations. Mais la littérature possède aussi ses limites. En effet, peut-on vraiment changer les mentalités grâce à la lecture? De plus, elle a souvent été victime de censure et le pilier de la propagande.

Donc ne vaut-il pas mieux agir plutôt qu’écrire ?

Mais alors, après ces constats, nous pouvons nous demander si aujourd’hui, le cinéma ou les médias ne sont pas plus adéquats pour faire passer ce genre de messages ?